Tordères, 

Une vie au coeur de la garrigue


Tordères se situe à 27 km au Sud-Ouest de Perpignan et à 25 km du col du Perthus qui sépare la France de l’Espagne. Les 991 hectares de la commune abritent 183 habitants résidant à l'année.

  Tordères appartient à la Communauté de Communes des Aspres, une intercommunalité réunissant 19 communes et 19 943 habitants.

  Entre plaine et moyenne montagne, la commune chevauche les Aspres viticoles et les Hautes-Aspres boisées. Cette position particulière offre l'avantage d'une vaste diversité paysagère : de ses vallonnements à ses pics les plus abrupts (Roc del Quers, 391 m), les vignes, les oliviers, la suberaie et la garrigue la plus sauvage s'étagent par strates accidentées.

 Le territoire communal est largement dominé par les espaces agricoles et naturels qui représentent 96,9% de la superficie totale de la commune. 

La forêt, à elle seule, occupe une superficie de 349 hectares, soit 35,2 % du territoire (dont la forêt domaniale du Réart qui couvre à elle seule 108 hectares soit 10,9 % de la superficie totale). La suberaie (forêt de chênes liège) couvre une superficie de 239 hectares soit 24,1 % de la superficie totale. 

La surface agricole utile (S.A.U) couvre une part importante du territoire. La vigne occupe 301 hectares (30,4 % de la superficie totale) et demeure le système de culture dominant. Les vergers, sur ces terrains secs et surtout mal irrigués, n'occupent que 1,7 % des 991 hectares. Le sol est constitué de schistes et de matériaux détritiques du Pliocène dont les caractéristiques sont d'être secs en été, sensibles à l'érosion, avec une pierrosité importante.

 

  Au coeur de cet univers préservé, on ne trouve qu'un faible pourcentage d'espace bâti (0,4% de l'espace communal). Le vieux village représente un patrimoine historique et culturel non négligeable, tout comme quelques mas viticoles, de volume imposant et de structure traditionnelle (Mas Noé, Mas de la Teularie, Mas d'En Carbasse, Mas Cap Blanc). Les constructions historiques en lloses y ont été préservées.



De la villa Tordarias à Tordères,

Brève histoire de la commune, au fil des siècles

 

  Comme toutes les Hautes-Aspres, il semble que Tordères ait été un lieu d'habitat pour les hommes du néolithique mais sur son territoire, on ne trouve ni dolmens, ni menhirs, contrairement à d'autres communes voisines (Llauro, Caixas, etc.).

 

  Par la suite, la région a été occupée par les Ibéro-Ligures, puis par les Celtes et les Romains. Même si on sait que ceux-ci s'installaient un peu partout, le territoire de Tordères ne possède pas non plus de vestiges de cette époque.

 

  Il faut attendre l'arrivée des Carolingiens en 811 pour que soit instauré le système féodal. Au XIème siècle, le Vicomté de Castelnou prend son essor et étend son pouvoir sur les Hautes-Aspres et le Vallespir. Tordères bascule alors sous sa domination.

 

  Le village est mentionné pour la première fois en 899 (villa Tordarias). Son nom semble correspondre au latin "turdus" ("tord" en catalan), désignant la grive. Ce nom indiquerait donc une commune giboyeuse, abondante en grives. Plus de mille ans plus tard, c'est toujours le cas!

 

  Le village est mentionné en 899 comme faisant partie des possessions d'un certain Estève et de son épouse Anna qui étaient tous deux également propriétaires de biens à Llauro. Le texte fait déjà mention d'une église qui était alors dédiée à Saint Martin. En 927, Ato, fils d'Estève et d'Anna, vend la totalité de son héritage à l'église d'Elne et à son évêque Guadall. Cependant, pour Tordères, la vente ne concerne qu'une moitié de territoire, l'autre moitié appartenant à sa soeur. Cette seconde moitié, puis l'ensemble du territoire, seront ensuite cédés à l'Abbaye d'Arles-sur-Tech qui conservera la seigneurie de Tordères jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

 

  Au milieu du XIVème siècle, la population s'élevait à 19 feux, soit environ 80 habitants, chiffre identique à celui qu'on rencontre au début du XVIIIème siècle. Les Tordérencs n'ont jamais été très nombreux. S'ils ont été 143 en 1836, ils n'étaient plus que 98 dès 1856. Le niveau de population le plus bas a été atteint en 1968, avec 60 habitants. Puis, contre toute attente, la population a quasiment doublé entre 1990 et 1999, avec plus de 10 nouvelles naissances qui ont contribué à la réouverture de l'école, en 2001.

 Le village possède une église ancienne dont la construction s'échelonne du XIIIème au XIXème siècle. Dédiée à St. Nazaire, elle est de style romane, à nef unique. Elle a un clocher-mur disposant de deux niches, dont une seule est occupée aujourd’hui. Elle a été fortifiée et agrandie au XVe et XVIe siècles. Elle dispose d’un retable du XVIIIe siècle. Pour tout ce qui concerne l'église, rendez-vous dans l'onglet "Patrimoine".


Qui sont les Tordérencs?

La population en chiffres

 

  Selon le dernier recensement de l'INSEE, les Tordérencs sont désormais 183, ce qui, en sept ans, représente une augmentation de 5% du nombre d'habitants.

 

  En dix ans, le taux de natalité a dépassé les 10% tandis que le taux de mortalité de dépassait pas les 3%.

 

  La population de Tordères est plutôt jeune puisque 20% de la population a moins de 18 ans tandis que 18% a plus de 65 ans.

 

  L’étude de l’INSEE indique également que l’essentiel des habitants travaillent (61%), 15% sont étudiants ou élèves, 9% sont en recherche d’emploi, 9% sont inactifs, et 6% sont à la retraite.

  Parmi ceux qui sont en activité, 69% sont salariés (58% en Contrat à Durée Indéterminée ou titulaires de la Fonction Publique, et 11% en Contrat à Durée déterminée), tandis que 31% ne sont pas salariés (25% sont indépendants - entrepreneurs individuels, artisans, commerçants ou travailleurs relevant d'une profession libérale - et 6% sont employeurs).

  Il est important de noter que plus de 27% des actifs de la commune travaillent à Tordères même. Selon l’INSEE, en 2010, notre commune accueillait officiellement 8 sièges d’exploitations agricoles (activités d’élevage, d’apiculture, d’arboriculture et de viticulture). En 2012, il existait également à Tordères une douzaine de sièges d’entreprises, dans des domaines assez variés (restauration, santé, maçonnerie, électricité, menuiserie,  photographie, pressing, entretien d’espaces verts, etc.). 

  Le plus gros employeur de la commune est l’Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) « Le Mona » qui accueille une quarantaine de travailleurs handicapés à travers des ateliers multiservices encadrés par une douzaine de salariés (5 habitants de Tordères sont employés par l’association Sésame Autisme à Tordères et à Fourques). 

 

  Si 55% des foyers sont imposables (avec un revenu moyen d’environ 2 700€ par mois), il faut souligner que 45% des foyers ne le sont pas et vivent avec de faibles revenus (le revenu moyen des foyers fiscaux non imposables est de 874 € par mois, proches du seuil de pauvreté). 

 

  61 résidences ou appartements le sont à titre principal, 22 le sont à titre secondaire ou occasionnel. Enfin, 82% des habitants sont propriétaires de leur logement, 11% sont locataires et 7% sont logés à titre gracieux.